F. Dauba dans Le Moniteur des Pharmacies

 

 

Dans son avis n°19-A-08 du 4 avril 2019 relatif aux secteurs de la distribution du médicament en ville et de la biologie médicale et de la biologie médicale privée, l'Autorité de la concurrence s'appuie sur les exemples européens pour préconiser l'ouverture du monopole officinal et l'ouverture du capital des pharmacies.

 

François Dauba, avocat spécialiste santé du département concurrence - distribution, apporte son expertise dans le media dédié aux professionnels du secteur, le Moniteur des Pharmacies, sur cet avis de l'Autorité de la concurrence préconisant la vente de médicaments en libre-service dans les GMS, dans l'article "Capital et monopole : l'Europe a bon dos" signé par Magali Clausener.

 

 

"L’Autorité de la concurrence (ADLC) a la volonté de trouver un équilibre entre les règles de concurrence qui s’appliquent à tous les marchés et les contraintes de santé publique spécifiques au marché de la santé, estime François Dauba, avocat spécialisé en santé du cabinet BCTG Avocats. La distribution des médicaments rencontre-t-elle dans les autres pays européens les mêmes blocages qu’en France ? Si ce n’est pas le cas, la France est-elle trop protectrice ? Les pays plus libéraux que la France ont-ils rencontré des problèmes de santé publique ?"

 

Retrouvez l'article complet dans le dernier numéro du Moniteur des Pharmacies ou sur leur site Internet.