Le Journal des Sociétés : M&A

 

 

Les premières conséquences chiffrées du COVID-19 commencent à être connues : l’impact sur l’économie mondiale sera très significatif et va concerner de très nombreux secteurs : les opérations de fusions-acquisitions s’en trouveront, et le sont déjà, nécessairement affectées. Analyse de Séverin Kullmann et Alain de Rougé, avocats associés au département Corporate / M&A du cabinet, dans une tribune parue dans Le Journal des Sociétés.

 

"Les entreprises ont en effet donné la priorité à la santé de leurs salariés et partenaires, à la continuité de leurs activités (chaînes d'approvisionnement et de production, commercialisation de leurs produits ou prestations) et à la sécurisation de leur trésorerie.", détaillent Séverin Kullmann et Alain de Rougé.

 

Les deux associés expliquent : "Les opérations de fusions-acquisitions ne peuvent qu’être impactées par cette situation : elles ne constituent plus la priorité de la plupart des acteurs, y compris les fonds d’investissement qui ont d’abord procédé à un état des lieux au sein de leurs portefeuilles de participations et ont pour objectif premier d’accompagner ces participations dans la mise en oeuvre des mesures assurant leur pérennité."

 

A retrouver dans le numéro du 28 mars du Journal des Sociétés.