Marchés publics

Marchés publics : conséquences de l’indication d’un délai de suspension de signature erroné

Par un arrêt Société Proxiserve en date du 17 juin 2015 (req. n°388457), le Conseil d’Etat a affiné sa jurisprudence sur l’article L. 551-14 du Code de justice administrative en matière de marchés passés selon une procédure formalisée. Sont en effet complétées les hypothèses dans lesquelles, après signature du marché, un référé contractuel peut être introduit lorsque le pouvoir adjudicateur n’a pas régulièrement informé les candidats évincés du marché.

Un référé contractuel était déjà ouvert :

  • à un candidat évincé non averti par le pouvoir adjudicateur (CE 10 novembre 2010, Agrimer, req. n°340944),
  • à un candidat ayant reçu une notification de son éviction sans indication du délai de suspension de la signature du marché (CE 24 juin 2011, OPIEVOY, req. n°346665).

Dans l’arrêt Société Proxiserve, le Conseil d’Etat assimile la notification d’un délai erroné de suspension de signature à une absence de notification. Le référé contractuel est donc possible lorsque la lettre d’éviction du marché notifiée aux candidats comporte un délai de suspension de signature inférieur au délai minimum applicable. 

Pour plus de précisions : Paul Elfassi et Jean-Luc Heckenroth